+33 6 14 05 21 14

40 Avenue Bosquet

Paris, 75007

Mar -Sam: 10:00 - 19:00

En Ligne 24/7

Une Tapisserie, qu'est-ce que c'est ?

Vous les avez croisées aux détours d’un musée, d’un château ou dans un lieu inattendu, les tapisseries se dresse sur les murs tel de grandes peintures murale.

La tapisserie est un ouvrage textile ornemental destiné au décor mural et à l’ameublement. Son histoire remonte à l’Antiquité : parmi les plus anciens témoignages conservés, les vestiges découverts dans les tombes coptes d’Egypte attestent l’utilisation de ce procédé au 3ème siècle, pour la confection de petites pièces d’abord destinées à l’ornement de vêtements.

Au Moyen âge, les tapisseries prennent des dimensions plus importantes et sont tissées pour habiller les murs des grandes demeures et des églises. Employées pour isoler les intérieurs des bruits, du froid et adaptées par leur caractère mobile à l’itinérance des cours princières, elles sont aussi utilisées comme décor éphémère lors des fêtes religieuses ou des cérémonies civiles organisées à l’occasion d’événements importants.

Les tapisseries sont considérées comme des objets de grands luxes : elles comptent au nombre des pièces les plus précieuses des collections des souverains et contribuent à affirmer la puissance de leurs propriétaires.

Parfois enrichies de fils métalliques d’or et d’argent, ces pièces tissées peuvent constituer des réserves monétaires, mais aussi des cadeaux diplomatiques très prisés.

Des Tapis ? mais d’où viennent-ils ?

Les milles et un tapis de Perse

En Egypte, en Chine ou encore dans les peuples Maya, la technique du nouage à la main fut découvert quasiment à la même époque par plusieurs peuples différents, indépendamment les uns des autres.

Une chose est sûr, les nomades avaient pour but principale en créant un tapis, de se protéger du froid en tapissant les tentes avec un objet plus doux et plus chaud que de simples peaux animales.

Il faudra attendre de long siècle jusqu’à presque nos jours, pour voir la fonction d’un tapis passer d’objet utilitaire à véritable objet d’art. Bien que des recherches ont prouvé que même il y a de cela quelques vingts siècles, le tapis était déjà considéré comme un objet rare et artistique.

Les milles et un tapis de Perse

Par tradition, la Perse a toujours été considérée comme le pays de l’artisanat du tapis, voilà pourquoi l’histoire du tapis d’orient est inséparable de celle du royaume perse et de ses fortunes diverses.

Après la seconde guerre Mondiale, on commença à exporter de plus en plus de tapis vers l’Europe, ce qui devint une source de revenus très importante pour l’Iran. Gage de qualité, législation stricte, règlementation des matériaux et interdiction des métiers mécaniques créèrent une base solide pour un développement encore plus intense.

À la suite du boom pétrolier de 1970, plusieurs usines s’implantèrent dans différentes régions du pays, mais aussitôt, face à cette industrialisation, les prix des tapis noués à la main augmentèrent considérablement, améliorant en même temps la situation économique de l’Iran.

De nos jours les prix toujours très élevés ne sont plus compétitifs, d’autres pays orientaux fournissant des tapis de qualité quasi-égale à l’Iran. Mais après tant d’années de tradition, le tapis persan conserve toutes ses merveilles, son charme et son prestige.

Comment sont-ils fabriqués ?

Le dessin est fait par ordinateur, on appuie sur un bouton et c’est parti….

Non, non, non ;

Respectons les traditions et nouons les tapis entièrement à la main comme depuis des millénaires.

En observant bien trois partis distincts : 

La chaîne, la trame et le velours. 

-La chaîne est formée de fils verticaux et parallèles, en coton, tendus entre les deux extrémités du métier à tisser.

-La trame consiste en un ou plusieurs fils transversaux, presque toujours de coton, que l’on passe entre chaque rangée de nœuds. 

-Enfin, on appelle velours la surface même du tapis : généralement en laine ou en soie, il est formé de courts brins que l’on noue autour de la chaîne. Les nœuds s’alignent sur toute la longueur du tapis en cours d’exécution, mais jamais dans le sens de la hauteur.

Confectionnons un tapis ensemble :

Habilité et patience extrême sont de rigueur pour ce type de travail, un métier à tisser et quelques outils rudimentaires vous seront également nécessaire.

Vous aurez le choix entre quatre sortes de métiers : horizontal, vertical fixe, vertical de type Tabriz et enfin le métier vertical à ensouples rotatives.

Si le style « à l’ancienne » vous plait, préférer la méthode nomade avec le métier horizontal, le plus primitif des quatre, sur lequel les tous premiers tapis ont été noués.

Les fils de laines seront tendus entre deux barres de bois dans le sens de la longueur.

A vos aiguilles !

Une question ? Un devis ?

Translate »